Suivez-nous sur Twitter
Inscrivez-vous au Bloc-Note
Suivez-nous sur Facebook
AccueilCarnet de visitesQuébecGaspésie - Bas-St-LaurentSki Chic-Chocs (Cat-Ski) Montréal : 0°C   |  Météo détaillée  |  Changer de ville
Carnet de visites
QuébecQuébec CanadaOuest-canadien États-UnisÉ.U. EuropeEurope
Québec Gaspésie - Bas-St-Laurent – Ski Chic-Chocs (Cat-Ski)
Imprimer cette page
Envoyer cette page à un ami
Stations de ski
Auberge de montagne
Gîte du Mont Albert
Ski Chic-Chocs (Cat-Ski)
Le site WEB
Si près et si loin
DIAPORAMA
TOURNER SES SPATULES VERS L’EST

Les Rocheuses canadiennes ont un attrait indéniable pour l’aventure dans les grands champs de neige. Les pourvoyeurs d’héliski et de catski sont de haute réputation, mais commandent une facture qui limite le rêve à un groupe de skieurs mieux nantis. L’attrait croissant ces dernières années pour le ski hors piste aura cependant semé le germe à une petite industrie capable de mettre en valeur, sans complexe, les champs de neige d’ici. Certes les promoteurs de ski hors-piste de l’Est n’ont pas l’ampleur de leurs compères de l’Ouest mais leurs efforts à promouvoir le catski chez nous méritent de les prendre au sérieux. Portrait d’un pourvoyeur qui n’a rien d’amateur.

Lorsqu’il y a 5 ans, Stéphane Gagnon incorpora sa nouvelle entreprise Ski Chic-Chocs, son ambition n’avait d’égal que ce qu’il avait déjà vécu dans l’Ouest comme guide au sein de la réputée compagnie Monashee Powder Snowcats en Colombie-Britannique. Aujourd’hui, cet entrepreneur alpin n’a pas peur des comparaisons entre l’Ouest et l’Est. « Notre neige est aussi abondante et d’extraordinaire qualité, nos dénivelés skiables en catski oscillent aussi entre 350 et 500 mètres avec en valeur ajoutée plus de portions en sous-bois si caractéristiques de l’Est. »

« Aspect non négligeable, les forfaits sont légèrement moins chers qu’à l’autre bout du pays » ajoute le jeune entrepreneur qui a misé gros pour réussir. Ski Chic-Chocs ne tient pas de l’improvisation de quelconque « ski bum » en quête de faire de son « trip » un petit pécule saisonnier. L’entreprise s’appuie sur un plan d’affaires suffisamment sérieux pour obtenir la confiance de l’exigeante Société des établissements de plein air du Québec (SEPAQ) qui gère le territoire où oeuvrent ses activités.

Bons skieurs ;  restez humbles

Skier en poudreuse dans les stations québécoises est souvent une activité éphémère. Les premières traces sont déjà tracées en moins de 2 heures de la mise en marche des remontées. La majorité des skieurs québécois sont surtout du type « ski sur neige damée durcie et travaillée mécaniquement ». Ce n’est donc pas parce que l’on est un excellent skieur intermédiaire-expert que la poudreuse se maîtrisera d’emblée.

Chez certains, il ne faudra pas s’attendre à une maîtrise parfaite dès les premiers virages comme dans les brochures ou les films promotionnels. Ma première descente aura d’ailleurs constitué une sérieuse leçon d’humilité. Heureusement que j’avais abandonné mes skis déjà larges (Rossignol Avenger 84) au profit de « fat skis » offerts en complément de forfait. Le mélange d’excitation, de vouloir skier selon mon moule de « carveux », de lumière grise (flat light), d’absence de repères tels les arbres et voilà que je ne faisais plus la distinction entre ciel et neige. La catastrophe.

Deuxième descente, la chenillette BR de 8 passagers maximum (souvent le double dans l’Ouest) dépose notre petit groupe dans un autre secteur du bassin des mines Madeleine. Ce nouveau départ se fait dans un environnement quasi lunaire qui se jette dans une forêt dense de conifères et littéralement inondée de neige. Catastrophe encore. Je n’ai pas le rythme et la neige est tellement abondante que mon bâton cale si profondément que je ne peux m’en servir comme appui pour me relever.

Depuis ma tendre enfance, j’ai toujours aimé jouer dans la neige et voilà pourquoi l’excitation prime toujours, mais j’ai hâte d’avoir une meilleure maîtrise comme certains de mes coskieurs. Après s’être sustenté d’un léger lunch goûteux compris dans le forfait, place à la « prise III ». Destination, un nouveau secteur vierge.

Le soleil tente de percer la couche nuageuse. La visibilité est meilleure et ma confiance aussi. Ça y est, j’ai le rythme et la jubilation atteint son comble avec des cris de joie sans commune mesure. Il me restera à mieux maîtriser la fin de parcours dans la zone semi-boisée, ce qui n’est pas encore acquis.

Une 4e et une 5e descente suivront avec plus de confiance, mais les obligations serrées d’un voyage de presse écourteront notre plaisir qui pour le client régulier oscillent généralement entre 8 et 12 descentes selon les conditions. Oui je suis resté sur mon appétit avec le profond désir d’y revenir…. sans devoir aller dans l’Ouest.

Une expérience globale

En sus des descentes « exclusives », il faut considérer le forfait dans un ensemble plus large. Nous ne sommes pas dans un contexte « ski in – ski out ». Du Centre d’interprétation situé non loin du Gîte du Mont Albert, nous sommes pris en charge soit en motoneiges-carrioles ou chenillette militaire de transport de troupes.

12 kilomètres et 30 minutes plus tard nous atteignons le sommet de notre terrain de jeux après un transfert dans une chenillette de type BR impeccablement aménagé par la compagnie Sno Innovation de St-Bruno.

Chaque descente est encadrée par un ouvreur de piste qui vérifie la sécurité du terrain et les risques d’avalanches le cas échéant. (L’équipement de sécurité en avalanche est fourni). Par voie radio, il communique à un serre-file que le groupe peut s’élancer.

Au gré des remontées, plusieurs en profitent pour grignoter bien à l’abri sans perdre de temps. Certains groupes voudront peut-être prendre une pose en piquenique extérieur, mais il faudra accepter de perdre une descente.

Le secteur étant souvent venteux, les traces de la veille s’effacent rapidement, mais la neige fraîche est souvent au rendez-vous en altitude. Stéphane Gagnon n’a pas l’ambition d’élargir sa flotte de véhicules ni même la capacité de la chenillette BR de transport.

Pour assurer sa viabilité, l’entreprise ne peut s’appuyer exclusivement sur l’offre du Catski qui ne privilégie qu’un petit groupe à la fois. D’autres forfaits de ski haute-route, de raquettes et même de safaris-photos sont offerts. Consultez le site WEB.

NDLR : Il y aurait encore tant à dire, mais en WEB après 1,000 mots, il faut passer aux photos qui valent aussi mille mots. Cliquez sous l'onglet du diaporama en haut à droite.

* Autre vidéo (Télé Québec) pour vous titiller.



Recherche  ok
ZoneSki.com ZoneSki.com
Les conditions de ski Les conditions de ski
Les caméras web Les caméras web
Les aubaines Les aubaines
Les annonces classées Les annonces classées
Les caméras web Les suggestions de chalets
Les excursionnistes Les excursionnistes
Covoiturage Covoiturage
Nous contacter Pour nous rejoindre
Accueil - En manchette - Actualités - Carnet des stations - Calendrier - Contactez-nous - Abonnez-vous aux fils RSS - Carte du site
© 2014, Carnet du ski de Roger Laroche -- Tous droits réservés